La Cérémonie qui consacre la signature  de l’accord de financement entre le Burkina Faso et la Banque mondiale représentés respectivement par le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY / SORI et le Représentant Résident de la Banque Mondiale, Monsieur Cheick F. KANTE s’est déroulée le mercredi 21 novembre 2018 à Ouagadougou.

 

Cet accord est relatif au financement du Projet régional d’interconnexion électrique de la Dorsale Nord par un Don d’un montant de 68,36 millions de dollars US et un crédit de 117, 5 millions d’euros, soit environ 114,67 milliards FCFA.

 

Ce projet va permettre d’accroître la capacité de commerce de l’électricité entre le Nigeria, le Niger, le Bénin et le Burkina Faso ; de  réduire le coût de l’approvisionnement en électricité au Niger, au Bénin et au Burkina Faso en accroissant le commerce régional des produits énergétiques et  d’augmenter l’accès à l’électricité au Burkina Faso.

 

Au niveau régional, la mise en œuvre du projet se fera en étroite collaboration entre le Secrétariat du Système d'échanges d'énergie électrique ouest-africain (EEEOA ou WAPP) et les services publics des pays concernés (Nigeria, Niger, Bénin et Burkina Faso) notamment la Société de Transport du Nigéria (TCN), la Société nigérienne d'électricité (NIGELEC), la Communauté Électrique du Bénin (CEB) et la SONABEL.

 

L’interconnexion électrique régionale Dorsale nord permettra un échange d’énergie initiale estimée à environ 430 MW, qui pourrait atteindre plus de 600 MW cinq à dix ans après sa mise en service.

 

Pour le représentant de la Banque Mondiale cet accord vient en appui aux efforts consentis par les Etats concernés dans le domaine de l’électrification et s’inscrit en droite ligne de la vision d’intégration régionale qui devra permettre d’optimiser et d’accélérer l’accès à l’énergie électrique fiable et à moindre coût au profit des populations. Il se veut un projet structurant dans la mesure où « il permettra au Burkina Faso de diversifier son mixte énergétique, de dépendre moins de la production thermique qui coute assez chère et qui fait que le prix du Kwh est extrêmement élevé, » a déclaré M. Kanté.

 

Prévu pour une durée six ans, à partir de 2018, le projet s’exécutera sous la tutelle technique du Ministère de l’Energie à travers la Société Nationale d'Electricité du Burkina Faso (SONABEL).

 

Le Ministre Ismaël B. Ouédraogo

 

 

 

 

 

 

Le Ministre en charge de l’énergie M. Ismaël Bachir Ouédraogo a exprimé la gratitude du gouvernement et du peuple Burkinabè à la Banque Mondiale qui soutient ce projet aux côtés d’autres partenaires dont la Banque Africaine de Développement (BAD), L’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Européenne (UE).

 

 

 

 

 

 

Le service de la communication de la DGCOOP