Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Madame Hadizatou Rosine COULIBALY / SORI et le Représentant Résident de la Banque Mondiale, Monsieur Cheick F. KANTE ont procédé, le lundi 03 décembre 2018 à Ouagadougou, à la signature d’un accord de Don d’un montant de 72,4 millions DTS, soit environ 57, 85 milliards F CFA pour la mise en œuvre du Projet d’urgence pour le financement des dépenses récurrentes (PUFDR).

 

L’objectif visé par le PUFDR est de soutenir le gouvernement dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’offre de services de base en matière de santé et d’éducation dans les régions touchées par la crise à savoir, les régions du Nord, du Sahel, du Centre et de l'Est du Burkina Faso.

 

Le projet est articulé autour de quatre (04) composantes principales à savoir : le paiement des dépenses courantes;  le réapprovisionnement du stock de sécurité alimentaire nationale;  l’assistance technique ciblée pour un déploiement renforcé des ressources de l'État et  la gestion du programme.

 

Pour le représentant résident de la Banque Mondiale au Burkina,  « cette signature intervient dans un contexte particulier marqué par la recrudescence de l’insécurité dans les régions du Sahel et de l’Est » ; à côté de cela s’ajoute « l’augmentation des prix des vivres » qui met certaines localités du Burkina dans une situation d’insécurité alimentaire.

 

une vue des participants à la cérémonie

 

A travers donc sa mise en œuvre, le projet contribuera fortement d’une part à faire face à la crise actuelle dans les régions du Nord, du Sahel, du Centre et de l’Est du pays  et d’autre part, à améliorer la gestion des fonctionnaires permettant de contenir les dépenses budgétaires pour 2018 et de donner un souffle budgétaire pour l’année 2019.

 

Le PUFDR est placé sous la tutelle technique du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et s’exécutera à travers l’unité de coordination du Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne (PGEPC).

 

La ministre Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori  a, au nom du gouvernement remercié les différentes équipes techniques qui ont travaillé d’arrache-pied pour l’aboutissement de cet accord qui, selon elle, est une bouffée d’oxygène pour le gouvernement. Au cours de l’année 2018, c’est un total de dix accords que le Burkina Faso a signé avec la Banque Mondiale pour un montant estimé à plus de 400 milliards de FCFA, a-t-elle précisé. Ce résultat traduit l’excellence et le dynamisme de la coopération entre les deux parties qui souhaitent encore la voir se renforcer d’année en année pour le bien-être des populations.

Le projet est mis en œuvre pour une durée de trois (3) ans, à partir de 2018.

 

 

 

 

 

Le service de la communication de la DGCOOP